Knock au Puy-en-Velay

Print Friendly, PDF & Email

logo-knockSaviez-vous que vous pouvez receler dans tous les replis de votre corps des trillions de bacilles de la plus grande virulence capables d’infecter un département ?
Heureusement, le Docteur Knock est là et retourne au lieu de naissance de Jules Romains.

« Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore. »

Pour le docteur Knock, qui débarque dans le bourg de Saint-­Maurice, persuader ses nouveaux concitoyens de cet état de fait est un jeu d’enfant. Surtout avec une consultation gratuite tous les lundis, et la complicité involontaire de l’instituteur et du pharmacien…

Une pièce de Jules Romains
Mise en scène : Nikson Pitaqaj

Consultations le 23 janvier 2014 à 19h30 et le 24 janvier 2014 à 10h.

Le Théâtre du Puy-En-Velay
Place du Breuil
43000 Le Puy-en-Velay

Réservations : cliquer ici.

Avec le soutien du théâtre de Bougival (78), de la SPEDIDAM et d’ADAMI. Une création en résidence à l’Épée de Bois (Cartoucherie), avec le soutien du Théâtre le Grenier (78), du Théâtre Royale Factory (78), du Festival Antigel (CG78), de L’Aphélie et Nouvelle Vague. Création le 6 décembre 2011.

La presse en parle

« Un soupçon d’atmosphère habilement manipulé, une poignée de talent et une abondance d’originalité et de créativité, voilà ce qu’est la troupe Libre d’Esprit. »
Des Jeunes et des Lettres, décembre 2012

« Quant au travail de mise en scène de Nikson Pitaqaj, ses idées originales dans les mouvements des corps et les expressions marquent bien le caractère atypique de tous les personnages, mais, surtout, de leur évolution sous l’emprise de l’aura empoisonnée du cher Docteur Knock. »
Le blog de la critique théâtrale, juillet 2012

« La mise en scène est sobre, tout est dans le jeu des acteurs, avec une lente bascule de la farce à l’épouvante. […] Portraits au vitriol que Jules Romains faisait d’une France du début du 20ème siècle, et qui n’a pas pris une ride grâce à la mise en scène de Nikson Pitaqaj! Un très bon moment à rire jaune – ou noir et blanc? »
La Marseillaise, juillet 2012