Archives de catégorie : Annonce

Pour un calendrier prospectif, voir également la page ‘Agenda

Mettez les voiles! : dernière création de la Compagnie

Texte : Nino Noskin

Mise en scène : Nikson Pitaqaj

Avec :
Henri Vatin
Yan Brailowsky        
Lina Cespedes
Anne-Sophie Pathé
Marc Enche
Frédéric Slama
Marianne Giraud
Oscar Hernandez
Luan Pitaqaj
ou
Moutti Khatri-Foltz
ou
Félix Seck

Création lumières
Piotr Ninkov

Décor
Sokol Prishtina

Costumes
Drita Noli

Résumé

 

A l’image de la pièce qui débute sur un match de football, le port du voile est pris comme un jeu. Le postulat de base est que le voile est symbole non pas de l’enfermement, de la soumission, de la souffrance mais de la liberté, de la protection et de la joie, qu’il n’est non pas négatif, mais positif.

A l’image du carnaval qui puise ses origines dans le travestissement ludique des bonnes gens en démons, les rôles sont inversés : ce sont les hommes qui portent le voile et non pas les femmes. Tout est jeu, mais jeu dangereux. Mettez les voiles!, troisième volet de la tétralogie des Balkans est le constat d’une guerre engendrée par la question du voile. La pièce débute sur un match de foot. L’identité des joueurs est rendue floue par le voile qu’ils portent. Sont-ils des femmes ? Sont-ils des hommes ?

Un mot de l’auteur

« J’ai écrit cette pièce en pensant à ma sœur, sacrifiée sur l’autel d’un certain type de mariage. Son mari, qui lui a été imposé par mes parents, exige d’elle qu’elle porte le voile. Elle est épouse, elle est mère, mais, amputée de sa liberté de choisir, son identité n’est que partielle. Elle ne se plaint pas de cette situation qu’elle a acceptée d’emblée, sans se poser de questions. Ce sont ces questions auxquelles je ne prétends pas donner de réponses mais que je veux aborder dans cette pièce. »

Nino Noskin

Présentation

« En ce moment, dans mon pays de naissance, au Kosovo, des manifestations de grande ampleur regroupent des femmes qui réclament le droit de porter le voile, avec pour slogan : Le foulard, c’est mon choix. Cette lutte fait écho pour ces femmes à leur combat pour le droit de choisir, pour la démocratie, au nom de la liberté. Elles l’associent à celle qu’elles mènent pour avoir la liberté de sortir de chez elles, de conduire, de se rencontrer sans être sous le joug de leur mari, sans être sous le joug des hommes. Le sujet est complexe mais l’on peut s’interroger sur ce qui pourrait être un paradoxe : prendre comme symbole de la liberté une chose qui se décide à la naissance selon son sexe, clause qui annihile dès lors toute notion de choix. Nino Noskin met en scène des enfants embrigadés dans cette perception sans avoir eu la possibilité de se forger une opinion propre. En amont de cette soif de liberté, se dissimule, sous un voile précisément, une acceptation tacite de la soumission de la femme par rapport à l’homme. Le raisonnement est alors, à mon sens, biaisé.
Grâce aux ressorts de l’absurde, puisqu’il fait du voile un jeu et l’apanage des hommes plutôt que des femmes, Nino Noskin dédiabolise, de prime abord, le port du voile pour mieux alerter de sa dangerosité humaniste. Le ton est léger, les détours sont badins, mais ils ne sont anodins qu’en surface. Le match de football qui ouvre la pièce est un jeu populaire mais c’est précisément cette popularité qui en fait le miroir des maux d’une société. La Guerre de l’ex-Yougoslavie a trouvé sa première expression dans les stades de football. Aujourd’hui, le racisme s’exprime tout aussi violemment dans les stades français. Le port du voile peut enclencher une prochaine guerre dont les matchs de football peuvent être le prélude.
Mettez les voiles est une comédie au sein de laquelle la cruauté de certaines scènes d’affrontement idéologique n’est que plus poignante. »

Nikson Pitaqaj

*Photos : Oscar Hernandez

 

Pétition au Centre Tchèque : une pièce d’une terrible actualité

Pétition : samedi 17 juin 2017 à 18h

Une pièce de Václav Havel

Dans le cadre de la Carte Blanche de la Compagnie Libre d’Esprit au Centre Tchèque.

 

« C’est écœurant, mon vieux, écœurant ! Le pays est à la botte de la racaille. Et quant à la nation elle-même !… C’est à se demander si c’est le même peuple qui s’est comporté si merveilleusement il y a quelques années !… Toutes ces échines courbées ! On ne voit qu’égoïsme, corruption et peur ! »

Stanek, artiste intégré au système, convoque Ferdinand Vanek, dissident à peine sorti de prison, dans son cabinet pour lui demander de rédiger une pétition…

Notre engagement, nos convictions, nos idéaux peuvent-ils nous amener à accepter de tout perdre pour une simple signature au bas d’une pétition ?

« Le langage se fait le matériau fondamental de l’opposition : une parole rapide, franche et maladroite contre une tirade grandiloquente. » — La Provence

Mise en scène : Nikson Pitaqaj – avec Henri Vatin, Marc Enche.

Informations pratiques :

Centre Tchèque

18 rue Bonaparte
75006 Paris
(carte : cliquer ICI)

Réservations: 01 53 73 00 22, ccparis@czech.cz

Plein Tarif : 15 € – Tarif Réduit : 10 €

Avec le soutien du Centre Tchèque et de la SCIC MOTRA.

Lettres à Olga au Centre Tchèque : 3ème partie

Dans le cadre des lectures et représentations organisées au premier semestre 2017 au Centre Tchèque, la Compagnie Libre d’Esprit présente :

Lettres à Olga, de Václav Havel – 3ème partie
le 16 juin 2017
à 19h00

« J’ai constaté qu’après un séjour prolongé en prison, les gens sensibles risquent de devenir amers, d’en vouloir au monde entier, d’être insensibles, résignés, et assez égoïstes. Un de mes objectifs principaux est de résister entièrement à ce danger aussi longtemps que je serai ici. » Václav Havel

Mise  en espace de Lina Cespedes, avec les comédiens de la Compagnie Libre d’Esprit.

Informations pratiques :

Centre Tchèque

18 rue Bonaparte
75006 Paris
(carte : cliquer ICI)

Réservations: 01 53 73 00 22, ccparis@czech.cz

Salle Janáček
Entrée libre

Mettez les voiles! au Théâtre de l’Épée de Bois (Cartoucherie)

Mettez les voiles! : du 23 mai au 11 juin 2017

Du mardi au samedi à 20h30
Samedi et dimanche à 16h00

Une pièce de Nino Noskin

Dans ce troisième volet de la tétralogie RAKI, les rôles sont inversés : ce sont les hommes qui portent le voile et non les femmes. Pour eux, le voile est un choix symbole non pas de l’enfermement, de la soumission, de la souffrance, mais de la liberté, de la protection et de la joie.

« Moi je suis bien. C’est mon choix. Personne ne me force. Je m’habille comme bon me semble. C’est ma liberté ! »

A l’image de la pièce qui débute sur un match de football, tout est jeu, mais jeu dangereux…

Pour plus d’informations sur la pièce, cliquez ici.

Mise en scène : Nikson Pitaqaj – avec Henri Vatin, Yan Brailowsky, Lina Cespedes, Anne-Sophie Pathé, Marc Enche, Frédéric Slama, Marianne Giraud, Oscar Hernandez, en alternance: Luan Pitaqaj, Moutti Khatri-Foltz, Félix Seck.

Informations pratiques :

Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie
Route du Champ de Manœuvre
75012 Paris

Tarifs
20 € Plein Tarif
15 € Tarif Réduit 1 : Groupes (+ de 10 pers), séniors, habitants du XIIe arrondissement, pass Vincennes.
12 € Tarif Réduit 2 : Étudiants – de 26 ans, demandeurs d’emploi, carte d’invalidité (personnes en situation d’handicap), Pass Culture
10 € Tarif Réduit 3 : Enfant -12 ans et groupes scolaires

Réservations : 01 48 08 39 74 / billeterie en ligne

Avec le soutien du Théâtre du Grenier de Bougival, du Théâtre de l’Epée de Bois-Cartoucherie, l’Adami, la SPEDIDAM et la SCIC MOTRA.

Audience au Festival OFF d’Avignon 2017

de Václav Havel
18h35, du 7 au 30 juillet, les jours impairs

« Où la bière se brasse, rien de mal ne se passe. »

Dans cette pièce qui a initié le Cycle Václav Havel de la Compagnie Libre d’Esprit, Havel se met en scène sous les traits de Ferdinand qui, pour cause d’activité littéraire subversive, est mis à l’écart par l’Etat dans une brasserie. Et c’est alors le prolétaire qui ouvre la conscience de l’écrivain.

Audience-IMG 7679-redux

Le personnage de Ferdinand Vanek a plus d’un point commun avec Václav Havel. Ferdinand est un auteur dramatique que le pouvoir tente d’écraser et d’exclure. On lui fait une vie impossible, et pourtant il reste silencieux et discret, devant les épreuves qui lui sont imposées.

«Dans une scénographie réduite au strict minimum, nous avons le maximum de théâtre» Un Fauteuil pour l’Orchestre.

Ce silence, qui ne juge pas, provoque le malaise autour de lui. Tel un révélateur, Ferdinand nous fait découvrir les portraits étonnants de personnages pleins de contradictions. La mise en évidence de l’absurde de la situation dans lesquelles se trouvent les personnages provoque la réflexion, suivie du rire salvateur.

 

 

Avec Henri Vatin, Marc Enche, Nikson Pitaqaj
Mise en scène : Nikson Pitaqaj
Chargée de diffusion : Sophie Pic

Durée : 1h

THÉÂTRE LES 3 SOLEILS

4 rue Buffon – 84000 Avignon. Situer sur le plan
Téléphone réservation : +33 (0)4 90 88 27 33

Tarif : 15 €
Tarif abonné : 10 €
Tarif enfant (moins de 18 ans) : 7 €

La Cie Libre d’Esprit est en résidence de création au Théâtre du Grenier à Bougival et au Théâtre de l’Épée de Bois-Cartoucherie. Elle a été soutenue par le CG78, le CG93, ADAMI, la SACEM et la SPEDIDAM. Spectacle SNES.
Audience est soutenue par le Centre Culturel Tchèque de Paris.