La petite Catherine de Heilbronn

La petite Catherine de Heilbronn - afficheUne pièce de Heinrich von KLEIST

Mise en scène : Coralie Pradet
Musique
: ensemble fleur inverse
Costumes
: Tifenn Deschamps

En 1810, Kleist écrit cette pièce polymorphe, à la fois mystère médiéval, fable grotesque, aventure picaresque et roman d’amour. Qu’est­-ce qui a poussé Catherine à se jeter éperdument à la suite du comte de Strahl, avec un don de soi total ? Est­-elle possédée par le démon ou veillée par les anges ? Comment elle, la simple fille d’un armurier, peut-­elle prétendre épouser un noble chevalier ?

DISTRIBUTION

Henri Vatin . . . Comte Frédéric Wetter vom Strahl
Nikson Pitaqaj . . . Georg / Le rhingrave
Joseph Hernandez . . . Gottschalk
Leslie Salomon . . . Cunégonde de Thurnheck
Amélia Bréchet . . . Éléonore
Yan Brailowsky . . . Flammberg
Lina Cespedes . . . Comte Otto / La Comtesse
Zachary Lebourg . . . L’Empereur
Catherine Bloch . . . Brigit / Cunégonde (en cheveux)
Luigi Cerri . . . Comte de Fribourg / Eginhardt
Anne­-Sophie Pathé . . . Le charbonnier / Rosalie
Aurélie Miermont . . . Catherine
Jean­-Yves Duparc . . . Théobald Friedborn

Pour voir le diaporama, cliquer ici.

Pour  agrandir les pages du programme, cliquer sur les images ci-dessous (cliquer sur le bouton ‘Revenir en arrière’ de votre navigateur pour revenir sur cette page ) :

Heinrich von Kleist (1777–1811)

Auteur romantique allemand dont les nouvelles, les pièces et les œuvres théoriques eurent une influence considérable sur la littérature européenne du XIXe et XXe siècle. Précurseur d’Ibsen et de Kafka, Kleist développe dans son œuvre une vision détaillée, grotesque et ironique de l’émotion humaine. Parmi ses pièces les plus célèbres : Penthésilée, Le Prince de Hombourg. La petite Catherine de Heilbronn ou L’Épreuve du feu a été écrite et créée en 1810 à Vienne.

Un projet, une troupe

C’est dans l’esprit d’un véritable travail de troupe que nous souhaitons monter cette pièce : pas moins de treize comédiens et trois musiciens s’emploient à recréer l’univers onirique et fascinant de la pièce de Kleist.

Kleist fait partie des rares dramaturges de son époque à n’avoir pas une vision stéréotypée et réductrice des personnages féminins. C’est certainement une des raisons pour lesquelles il nous apparaît, aujourd’hui encore, proche de nos préoccupations. La petite Catherine est souvent réduite à son caractère angélique et évanescent. Pour moi, au contraire, c’est un personnage de terre et de feu, la petite soeur de Penthésilée, la reine des Amazones, capable d’autant de violence et de folie.

Une passion folleCatherine et Strahl - acte1

Dans un monde gangrené par la guerre et les luttes claniques, une jeune fille s’affranchit de son milieu, de ses liens familiaux, rompt ses fiançailles avec un jeune bourgeois, pour suivre l’homme pour lequel elle a conçu une passion folle et obsessionnelle.

Cette passion dont la femme est l’initiatrice va provoquer des remous dans la société et ébranler le pouvoir politique (la rumeur populaire présente Catherine comme la fille de l’empereur) et jusqu’au pouvoir religieux : Catherine voue au comte un culte qui ressemble à de l’adoration religieuse, ils seront accusés d’hérésie, de satanisme et de sorcellerie. Pendant un temps, elle couche dans ses écuries, le suit sur le champ de bataille au mépris de sa propre vie.

Transgressions féminines

GottschalkMais la société va trouver les subterfuges pour éteindre le feu de la passion et rétablir l’ordre moral, religieux et politique. L’autre femme de la pièce, rivale de Catherine, la belle Cunégonde, est aussi une femme qui transgresse les règles de la société militaire et machiste puisqu’elle est elle-­même chef de guerre. Elle utilise des artifices pour garder la jeunesse et la beauté et conserver ainsi une emprise sur les hommes qu’elle dresse les uns contre les autres.

Cunégonde, seuleDu comique de caractère

Si les thèmes de la pièce sont profonds, souterrains, les personnages complexes et la langue de Kleist exigeante, le ton de la petite Catherine n’en reste pas moins humoristique, et parfois franchement comique. Le comique de cette pièce est comique de caractère puisqu’il naît des personnages, de leur “jusqu’au-boutisme”, de leurs excès.

Nous souhaitons garder une grande simplicité dans les costumes et les décors, et présenter une version de la pièce visuellement épurée. Nous avons la chance de créer la pièce dans l’église désacralisée Saint­-Laurent à Langeais (Indre­-et­-Loire). Nous avons donc choisi d’investir totalement ce lieu et d’en utiliser les multiples possibilités. Nous attachons beaucoup d’importance à l’influence des lieux sur la représentation théâtrale.

Coralie Pradet

Photos © Philippe Bréchet

Direction artistique : Nikson Pitaqaj