Pièce en un acte d’Anton Tchekhov

 

Mise en scène :

Nikson Pitaqaj et
Henri Vatin

Avec :

Anne-Sophie Pathé
Marc Enche
Oscar Hernandez

Résumé

Un homme de trente-cinq ans vient demander en mariage la fille du voisin. Tout content, le voisin va chercher sa fille. Cette dernière et son prétendant s’engagent alors dans une discussion d’affaires si violente qu’il n’y a pas moyen de les contrôler…

Comment une classique demande en mariage chez des propriétaires terriens de la grande Russie peut tourner à la crise de nerfs, et comment un lopin de terre devient l’enjeu capable de générer une violence démesurée. On peut imaginer cette situation dans n’importe quel milieu rural de la planète.

Note d’intention

Les trois personnages qui sont voisins ne sont pas d’accord sur l’appartenance de leurs terrains. Un sujet qui me suit depuis ma naissance : « Ceci est notre terrain, là, ce sont mes terres… » Et les conflits commencent et ne s’arrêtent jamais. C’est juste par principe, rien d’autre. Ce qui est intéressant chez les personnages de Tchekhov, c’est qu’ils se battent pour leur espace, leur bien, jusqu’à la destruction. J’ai vécu des situations semblables et j’ai vu des gens et un pays entier voler en éclats. Ce même pays où peu de monde souhaite aujourd’hui rester. Et pourtant, beaucoup ont perdu leur vie pour le simple fait qu’ils croyaient avoir raison.

Dans cette pièce, il s’agit de tout sauf d’amour. Comme le personnage de Lomov en parle très bien :

« Natalia Stépanovna est une excellente maîtresse de maison, elle n’est pas mal de sa personne, elle a de l’instruction… que me faut-il de plus ? ».

Il s’agit bien d’une pièce comique, mais avec des personnages très complexes qui nous posent des vraies questions. C’est un jeune Tchekhov qu’on verra sur scène. Avec une scénographie simple, une musique orientale, des situations absurdes, mais des personnages très vrais. Car il s’agit d’un auteur éternel, qui traite de sujets qui nous concernent tous.

Nikson Pitaqaj