Vernissage

de Václav Havel

Mise en scène
Nikson Pitaqaj

Avec
Henri Vatin
Lina Cespedes
Yan Brailowsky
Anne-Sophie Pathé
Frédéric Slama

Ce soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Ce couple de carte postale va se livrer à une surenchère aussi pathétique qu’hilarante, visant à montrer à Ferdinand que leur vie est une réussite. Peu à peu la soirée entre amis bascule dans une prise d’otages idéologique avec un seul objectif : torturer psychologiquement leur invité pour lui faire prendre conscience qu’il doit vivre et penser comme eux.

Présentation du CYCLE VÁCLAV HAVEL: cliquer ici.

Présentation

Vernissage-IMG 7797-redux

Il serait plus juste de traduire le titre de cette pièce de Václav Havel par ‘Exposition’ plutôt que ‘Vernissage’. L’ambivalence du terme « Exposition » permet de désigner à la fois une pendaison de crémaillère où les nouveaux objets de décoration ont la part belle et le reflet d’un certain mode de vie qui serait celui à imposer à tous les couples.

« ‘Vernissage’ est une critique cinglante de la pensée unique, un antidote au conformisme. Un beau décortiqueur d’amandes électrique, des clams relevés au chutney, un enfant parfait, une sexualité dont on veut prouver à quelle point elle est débridée, une furieuse passion pour la décoration ; c’est à ces détails qu’on reconnaît les foyers heureux, stables, bien sous tous rapports, des petits couples revenus de ce qu’ils jugent être l’égoïsme de la militance. Ferdinand, insensible à cette comédie de la réussite matérielle plonge le couple dans une angoisse comique. »
(Nikson Pitaqaj)

Note de mise en scène

Vernissage-IMG 7764-reduxLe public est pris à partie dans une scénographie ouverte. Les nouveaux meubles, la nouvelle salle à manger, la chaine hifi dernier cri sont des personnes du public auxquelles Michael et Véra s’adressent directement, conformément à leur habitude de traiter les êtres humains comme des objets servant de faire valoir à leur propre perfection. Ce sont Michael et Véra qui installeront le public, et leur feront porter le plateau de clams, les verres, et la bouteille de scotch avant d’aller les récupérer le moment venu. Ainsi, le plateau quasiment vide, seulement trois chaises et une lumière bourgeoise, et le public fournissant les autres éléments de décor.

C’est grâce à la présence de Ferdinand que Michael et Vera parviennent à se convaincre de la perfection de leur couple, en méprisant celui que Ferdinand forme avec Eva. Petit à petit, la scénographie ouverte fait place à un étau qui se resserre autour de Ferdinand, écrasé par ce couple qui l’étreint de plus en plus.

Nikson Pitaqaj

Direction artistique : Nikson Pitaqaj